Mangez des Pommes…… de Java

Publié le par Tina

C’est en effet la pleine période pour déguster ce fruit à la pulpe suave qui pousse en abondance sur toute l’ile et plus particulièrement autour de la péninsule de Samaná.

Appelé également, Manzanas de Agua, Pomarrosa, Cajuilito, Pomo Rosado, Perita Roja ou comme à Cabrera; Cajuiles, qui signifie normalement en espagnol-dominicain: noix de cajou, les deux fruits étant assez semblables cela explique sans doute cette dénomination un peu approximative. Son appellation scientifique est Syzygium samarangense, Syzygium javanicum ou Eugenia javanica, c’est un peu moins facile à placer dans une conversation, mais si vous voulez vraiment en savoir plus; il fait partie de la famille des Myrtaceae. On trouve ses origines en Polynésie, en Malaisie et dans l’ile de Java en Indonésie.

 

Fruit de l'Anacardier              Pomme de Java

L’arbre fruitier tropical, de forme pyramidale, peut atteindre une quinzaine de mètres, il donne beaucoup d’ombre, appréciée sous nos climats. A l'origine cultivé à des fins ornementales et comme haie vive, cet arbre qui pousse spontanément, à partir des 1 à 3 graines arrondis que contient le fruit, se propage rapidement, les graines flottant et se déplaçant facilement de rivières en ruisseaux, si bien qu’à Cuba il est considéré comme une plante envahissante formant des forêts qui repoussent la végétation indigène de l'île.

Possédant un tronc moyen, environ 30 centimètres, son bois est utilisable en ébénisterie et en menuiserie. On s’en sert d’ailleurs en Polynésie pour y sculpter les idoles des temples. Les branches, elles, servent de bois de chauffage.

 Les fleurs, disposées en houppettes, caractéristiques des Myrtacées, (j’ai bien révisé) sont rose vif à étamines jaune-pale.

Il faut souvent se mettre sous l’arbre pour voir apparaitre, dans les feuilles vert foncé, les grappes de fruits, ceux-ci en forme de petite poire, vont passer de la couleur blanc à rose en passant par le jaune pâle et ne deviendront rouge qu`à maturité. Plus la pomme d’eau est sombre plus elle est sucrée. Son goût est assez difficile à définir, légèrement acidulé, la plupart ne sont pas juteuses mais quelques variétés, comme celles qui croissent vers Samaná, sont très douces.

Source modérée de vitamine C, bêta-carotène, phosphore, calcium et fer, ce fruit à la chair blanche, riche en pectine est idéal pour préparer des confitures, bien que la plupart du temps il se mange cru.

Perso j’ai adapté à l’abondance de Cajuiles que nous avons en ce moment, une petite recette que je m’empresse de partager avec vous. Très facile à faire, rapide, elle a beaucoup de succès

Tarte aux Cajuiles et fromage bleu de Sosuá

Pour la pâte brisée (moule de 25 à 28 cm de diamètre)

  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 5 cl d'eau
  • sel

Pour la garniture

  • 250 g de ricotta ou crème fraîche épaisse
  • 2 œufs
  • 150 g de fromage bleu de Sosuá ou roquefort
  • 4 Cajuiles
  • 1 poignée de cerneaux de noix ou de pignons de pin ( mais ici je n’en trouve pas)
  • sel et poivre du moulin

Préparation :

Dans une casserole faire fondre à feu doux les 125 gr de beurre auxquels on aura ajouter l’eau et la pointe de sel.  

Couper le feu, jeter dans la casserole les 250 gr de farine, former la boule de pâte que l’on va étaler dans le moule. La laisser tiédir (on peut même la laisser reposer une heure mais ce n’est vraiment pas nécessaire)

Pas besoin de rouleau, cela se fait facilement à la main en remontant bien la pâte sur le bord du moule.

Piquer avec une fourchette.

Cuire à sec à 180 ° pendant 15 à 20 mn 

Pendant ce temps préparer une crème en mélangeant les œufs et la ricotta, la saler et poivrer.

Peler les Cajuiles , les couper en lamelles, les disposer ensuite sur la pâte à tarte puis parsemer les 150 gr de fromage bleu  émietté, recouvrir de la crème.

Répartir les cerneaux de noix sur la tarte.

Enfourner dans le four qui sera resté à 180 ° pour une cuisson de 50 mn. Servir tiède avec une petite salade et un bon verre de vin, c'est divin.

Commenter cet article